Par courrier signé du Vice-président Hortefeux, notre groupe vient d’être informé du retrait par Laurent Wauquiez de l’ordre du jour de la Commission permanente de la demande de subvention d’un million d’euros au château de Saint-Vidal ce vendredi 15 février. La Région revient ainsi à la raison tant ce dossier était mal bâti et les risques de mélange des genres évidents. Nous nous en félicitons. C’est un premier pas.

Cela ne signifie évidemment pas que le dossier est clos. C’est en effet en réponse à nos courriers demandant des informations complémentaires et le retrait du dossier que l’Exécutif a décidé de reporter l’examen de la subvention à une commission permanente ultérieure, le temps de préparer et de transmettre aux conseillers régionaux les éléments que nous lui avons demandés. C’est l’aveu d’un manque grave dans l’instruction d’une subvention de ce montant puisque la plupart de ces éléments auraient dû être connus de la Région avant la présentation du dossier.

Il va de soi que nous maintiendrons notre vigilance sur cette affaire. L’Exécutif de Laurent Wauquiez doit faire toute la transparence dans l’usage des deniers publics qui ont été attribués pour le château de Saint-Vidal, sur l’enchevêtrement des différents projets envisagés sur ce lieu et surtout sur la clarification entre le patrimoine de l’association et celui de M. d’Alançon à titre personnel. Notre seul objectif demeure le bon emploi de l’argent public.

 

Jean-François DEBAT
Président du groupe Socialiste & Démocrate