Le soutien au Château de Saint-Vidal en Haute-Loire, propriété de Monsieur Vianney d’Alançon, est une nouvelle fois soumise au vote des conseillers régionaux ce vendredi 29 mars en Commission permanente. Si des éléments de réponse aux interrogations que nous avons émises en février dernier ont bien été communiqués aux élus et que des garanties mineures ont été concédées par le Conseil régional, les avancées restent trop timides.

Mais surtout, c’est le flou qui domine sur ce projet dont, d’ailleurs, l’acceptabilité par les habitants et les riverains au niveau local n’est clairement pas acquise.

Nul ne sait ce que M. Vianney d’Alançon entend précisément faire. Nous apprenons quasiment au fil de l’eau et des articles de la presse qu’il entend créer un hôtel de luxe, une brasserie pour faire de la bière et qu’il souhaite se porter acquéreur des terrains autour du château.

En dépit des demandes maintes fois formulées relatives à l’autofinancement de M. Vianney d’Alançon, nous ne savons toujours pas quel est le financement qu’il apporte dans le cadre de son projet qui n’est pour l’heure, et sauf preuve du contraire, soutenu très majoritairement que par des fonds publics.

Si le projet de M. Vianney d’Alançon devait un jour muter en entreprise commerciale (hôtel, fabrique de bières, etc.), alors les fonds publics auraient servi non seulement à réhabiliter un bien privé mais il faudrait alors les regarder comme étant un fonds d’amorçage à la création d’une activité commerciale.

En conséquence et pour toutes ces raisons, nous demandons un moratoire sur ce projet. Toutes les inquiétudes sur la finalité et les conditions d’octroi de cette subvention ne sont pas levées, et l’intérêt régional de cette subvention n’est toujours pas démontré, tout en rencontrant localement de fortes résistances. Il est temps que M. Vianney d’Alançon explique et détaille son projet, non seulement aux élus, mais également aux habitants de Saint-Vidal dans le cadre d’une concertation sincère lorsqu’un projet vient bousculer le cadre de vie des riverains et habitants.

 

Jean-François DEBAT, Président du groupe Socialiste & Démocrate

Monique COSSON, Présidente du groupe Rassemblement Citoyen, Ecologiste et Solidaire

Cécile CUKIERMAN, Présidente du groupe Communiste – L’Humain d’Abord

Sarah BOUKAALA, Présidente du groupe Parti Radical de Gauche