Jean-François DEBAT

L’édito de Jean-François DEBAT

18 mois pour présenter aux conseillers régionaux l’esquisse d’un plan pour la rénovation des lycées. 18 mois d’attente pour les lycéens et les chefs d’établissements qui n’en pouvaient plus du flou qu’entretenait le Président de Région sur le lancement ou non des travaux dans leur établissement. 18 mois pendant lesquels aucun investissement n’a été lancé. Ce constat, nous pouvons malheureusement l’appliquer aux transports, la convention avec la SNCF n’étant toujours pas à l’ordre du jour, mais également à l’économie ou bien encore à l’aménagement du territoire où les politiques mises en place par l’Exécutif commencent à peine d’être appliquées sur les territoires. Le résultat, c’est que la Région perd du temps et qu’il sera bien difficile pour le Président de Région de rattraper ce temps perdu.

Cette perte de temps s’accompagne du calquage du calendrier de l’Assemblée régionale sur celui de « Les Républicains ». 4 sessions d’Assemblée plénières seulement en 1 an, menées tambours battants pour permettre au Président de satisfaire à ses obligations partisanes. Des ordres du jour structurés pour choyer son électorat et satisfaire la stratégie de communication du candidat Wauquiez à la présidence de son parti. Ce mélange des genres se fait au détriment des Auvergnats et des Rhônalpins qui ne voient rien venir, sauf des promesses subtilement distillées dans la presse mais pas toujours suivies d’effet. Il est temps que cela cesse !

Un Plan « Marshall » des Lycées : vraiment ?

lyceesAprès deux ans de gel des travaux dans les lycées, le Président de Région a enfin soumis à l’ordre du jour de l’Assemblée plénière son plan pour la rénovation et la construction des lycées. Une fois de plus, il y a un gap entre la com’ de Laurent Wauquiez et les mesures réellement adoptées !

Le Président de Région a en effet annoncé à grand renfort de communication un tonitruant « Plan Marshall » doté d’1,5 milliard d’euros pour la rénovation et la construction des lycées. Analyse faite, Anna AUBOIS a rappelé que sur cette somme, seuls 500 millions d’euros seront effectivement consacrés à la rénovation des lycées publics. Or ils correspondent précisément aux travaux que Laurent Wauquiez a gelé dès le début du mandat. Il ne s’agit donc que d’un rattrapage du temps perdu ! Le reste relève de la gestion courante des établissements qui ne devrait pas faire partie de cette délibération, ainsi que d’actions transversales qui relèvent pour partie d’autres politiques. Par ailleurs, pas de liste des lycées à rénover, pas de chiffrage, pas de calendrier. Cela n’a donc rien d’un PPI et il n’est pas certain que les lycéens voient tous leur environnement s’améliorer d’ici la fin du mandat avec ce plan.

Bref, il n’y a que des promesses sans aucun moyen pour vérifier leur application. Un catalogue d’intentions appuyé par quelques chiffres tape à l’œil, voilà ce qu’est le Plan Marshall des Lycées. Considérant qu’il ne s’agit pas d’un véritable PPI et que ce plan ne répond pas aux besoins des lycéens, nous n’avons pas pris part au vote.

Plan régional en faveur de la filière Forêt-Bois

exploitation forestièreLes conseillers régionaux ont adopté le plan Forêt-Bois qui leur était proposé. Il vise à développer cette filière dont le potentiel économique est conséquent en Auvergne-Rhône-Alpes. Marie-Hélène RIAMON, Florence BLATRIX-CONTAT et François CHEMIN ont fait part au nom du groupe de leur satisfaction quant à la qualité de ce plan d’actions. Nous avons tout de même tenu à amender sur certains points qui n’étaient pas assez pris en compte. Nous avons ainsi proposé de développer l’offre de formation sur les métiers du bois, de développer le bois-énergie et d’introduire une clause « Bois local » dans les marchés publics de la Région. Ce dernier amendement a été adopté. Ainsi, la Région s’attachera donc à utiliser du bois issu de nos forêts dans chaque projet de construction ou de rénovation qu’elle lancera !

Débat d’Orientations Budgétaires 2018

DOB 2018Les Débats d’Orientations Budgétaires sous Laurent Wauquiez se suivent et se ressemblent. Ils se résument en un mot : le flou. En dehors des grandes déclarations, il ne ressort aucune priorité régionale, aucune esquisse de projet pour la Région, aucun cap. Qu’il est loin le temps où l’on allait voir ce que l’on allait voir !

En 2018, sur quoi et sur qui porteront les nouvelles baisses de dépenses de la Région. Vont-elles encore reposer les chômeurs ? La culture ? L’environnement ? La solidarité internationale ? Nul ne saura. Quant à la hausse du budget d’investissement dont le Président de Région se gargarise, il est largement à nuancer comme le note par ailleurs le CESER dans son avis. Retirez la hausse des fonds européens et le paiement de rames de TER commandées par l’Exécutif de Jean-Jack QUEYRANNE, l’investissement en 2016 était inférieur aux années précédentes.

Bref, nous craignons fort que le budget 2018 soit dans la triste continuité de ceux de 2016 et 2017.

En parallèle, Jean-François DEBAT s’est indigné des mauvaises manières du Gouvernement d’Edouard PHILIPPE à l’encontre des collectivités locales suite à la baisse conséquente des dotations de l’Etat aux Régions, peu après leur avoir assuré une certaine stabilité pour leurs recettes.  La continuité de l’Etat a été remise en question. Nous dénonçons, avec les autres groupes socialistes et républicains des autres Régions de France, ce mauvais coup fait à la décentralisation.

Région solidaire

handicapQuelques semaines avant l’élection à la présidence de « Les Républicains », Laurent Wauquiez a voulu nous faire croire qu’il a la solidarité chevillée au corps. Peine perdue ! En nous gratifiant d’une délibération dans laquelle il est bien difficile de savoir s’il s’agit de solidarité ou de charité, le Président de Région est seulement parvenu à renouveler les engagements des précédentes Régions en matière notamment de handicap et de lutte contre la pauvreté. Pour Stéphane GEMMANI, « une politique publique de solidarité ne se réduit pas à quelques mesures charitables, et nous ne sommes pas dupes de l’intention du Président de Région de racheter, avec ce rapport, une bonne conscience suite à ses déclarations tonitruantes sur l’assistanat ». Laurent Wauquiez a par ailleurs refusé arbitrairement notre amendement pour aider les communes et les associations qui agissent pour accueillir des demandeurs d’asile. La Région de Laurent Wauquiez aura donc la solidarité sélective…

Désintox

Stéphane HEYRAUD est intervenu au nom du groupe pour dénoncer les mensonges de Laurent WAUQUIEZ et de Nicolas DARAGON au détour leur délibération « Gastronomie et œnotourisme en Auvergne-Rhône-Alpes ». Non seulement Valence n’a jamais reçu le label de Cité internationale de la Gastronomie, mais en plus ils ont décidé d’usurper cette marque déposée, contre l’avis de l’institution de l’Etat qui délivre ce label, pour faire d’Auvergne-Rhône-Alpes la « Vallée mondiale de la gastronomie ». En bref, une délibération fourre-tout et sans cohérence pour simplement satisfaire les égos de ces messieurs…

En bref – 4 élus membres de « La République en Marche » se mettent en marge du groupe

Assemblée4 élu.e.s de notre groupe membre de « La République En Marche » ont présenté une liste autonome dans le cadre du renouvellement de la Commission Permanente qui fait suite aux élections législatives.

Olga GIVERNET, Marjolaine MEYNIER-MILLEFERT, Guillaume GIBOUIN et Olivier VERAN ne font donc désormais plus partie du groupe SDEA. Le temps est maintenant à la refondation autour des valeurs d’humanisme et de progrès -des valeurs de gauche- qui ont été portées pendant la campagne des régionales par la liste « Nous C’est la Région », pour une opposition constructive, mais aussi forte et intransigeante vis-à-vis de Laurent Wauquiez.

Subventiomètre

Le compteur s’est affolé à l’occasion de cet session. 2 millions d’euros pour un stade, 400.000 euros pour une maison de santé, Laurent Wauquiez a dépensé sans compter ! Notre subventiomètre fait donc un bon de 6,8 millions d’euros pour atteindre la somme de 35.473.61 euros de subventions, toujours très loin devant d’autres communes de taille équivalente. Le subventiomètre est disponible ici

PNR des Bauges