Décidément, le fameux Plan Marshall censé mobiliser 1,5 milliard d’euros dans les lycées de notre région est loin d’atteindre son but. Nous ne reviendrons pas sur les 120 millions octroyés aux établissements privés, ni même sur les deux de perdu dans ce dossier, et encore moins sur le sous investissement de la région dans ce domaine. Nous l’avons régulièrement documenté.

Mais, ce qui nous arrête ici, c’est l’annonce d’un nouveau lycée à Lyon (dans le 7e arrondissement) lancé à grand renfort de communication une nouvelle fois. L’exécutif a proposé d’ouvrir une enveloppe de 38 millions pour financer cet investissement. Cette somme servira surtout à se payer l’ancien siège de Sanofi sur les bords du Rhône. Mais les 38 millions iront directement dans les poches d’un promoteur immobilier privé – le groupe lyonnais DCB – et des intermédiaires qui vont grassement se servir au passage. Pour que des lycées puissent être accueillis sur le site, nous devrons allonger une enveloppe de 15 à 20 millions d’euros. Le choix de l’exécutif est extrêment discutable et nous l’avons dénoncé comme tel. D’autant que ce lycée sera à 300 mètres à peine de la Cité scolaire de Gerland et risque de remettre en cause la mixité sociale à l’eouvre dans le secteur. Des solutions alternatives existent. Comme négocié la cession d’un terrain gratuit avec la Métropole. Cette option n’a pas été plus travaillé que ça…