Il a fallu attendre la fin du mandat pour que l’Exécutif régional se décide enfin à adapter sa politique agricole aux effets du changement climatique. Ce n’est pas faute de les y avoir encouragés à coups d’amendements systématiquement balayés d’un revers de main par le Président de Région.

Las, les catastrophes naturelles pesant de plus en plus sur les finances régionales et vu les résultats des écologistes aux derniers scrutins, Laurent Wauquiez s’est enfin décidé à revoir sa copie, et c’est heureux! Nous avons donc pris acte de cette nouvelle politique qui prévoit des investissements dans les exploitations afin de se prémunir des catastrophes, de trouver de nouvelles cultures plus résistantes et des pratiques culturales plus respectueuses de l’environnement, etc.

Mais, comme pour la politique environnementale, l’Exécutif régional agit trop peu et trop tard. C’est la totalité du budget agricole qu’il aurait fallu tourner vers cet objectif. Or, cette nouvelle politique agricole n’est qu’une simple déclaration d’intentions que la droite n’aura pas le temps d’appliquer avant la fin du mandat. En somme, c’est un programme électoral. Une fois de plus, Laurent Wauquiez a fanfaronné dans les médias pour annoncer un plan de 50 millions d’euros de plus par an. Or, il ne fait que redistribuer le budget que nous avons déjà voté. Du vent donc, au moins souffle-t-il dans le bon sens.

Intervention de Marie-Hélène RIAMON