Ni l’État, ni la Région ne sont à la hauteur du défi que représente l’orientation. Alors que les pouvoirs publics devraient tout mettre en œuvre pour faciliter l’orientation professionnelle pour tous, les réformes et les nouveaux dispositifs adoptés ces derniers mois sont illisibles et relèvent d’une logique comptable, bien loin des besoins des Auvergnats et des Rhônalpins dans leur réflexion sur leur avenir professionnel.

Nous sommes en effet passés d’un Gouvernement qui voulait transférer la compétence sur l’orientation dans son ensemble aux Régions, à une solution croupion laissant l’orientation à l’Éducation Nationale et ne confiant aux Régions que l’information sur les métiers. Pour la simplification, on repassera…

Quant à la majorité de L. Wauquiez, elle conçoit l’orientation selon une logique libérale d’adéquation entre l’offre et la demande. Or,orienter, ce n’est pas combler des manques ou des chaises vides, c’est accompagner des individus tout au long de leur vie selon leur projet professionnel et leurs aspirations. Pour ne rien arranger la Région a créé une nouvelle agence de l’orientation censée fédérer tous les acteurs pour permettre une meilleure information sur les métiers, mais dont le mode de fonctionnement est opaque. De quoi en perdre le Nord !