Noëlle AZNAR-MOLLIEX5 questions à
Noëlle AZNAR-MOLLIEX

La gratuité des manuels scolaires : est-ce nouveau ?

Evidemment non ! Elle était assurée en grande partie à la fois en Auvergne et en Rhône-Alpes selon des modalités d’application différentes. Une aide financière sur les 3 années de lycée en Rhône-Alpes, et un système d’appel d’offres en Auvergne. Il est donc mensonger d’affirmer la mise en oeuvre de la gratuité sur toute la région, l’Exécutif met en place une simple modalité d’application de cette gratuité.

Pourquoi cette mesure est à risque pour les librairies indépendantes ?

Cette réforme n’a pas du tout été préparée avec les libraires, ni même avec les fédérations de parents d’élèves. Aucune consultation sérieuse n’a été initiée par l’Exécutif. Les librairies indépendantes sont les grandes oubliées puisqu’elles risquent de ne plus pouvoir distribuer les manuels scolaires aux lycéens de leur territoire ou de leur quartier. Ce qui pourrait représenter une baisse de 30% de leur chiffre d’affaires en moyenne. Il y a donc un risque sérieux de voir plusieurs librairies sur tout le territoire disparaitre.

Pourquoi cette réforme ?

L’Exécutif nous a répondu sans plaisanter qu’en procédant à des appels d’offre, nous faisons passer des dépenses de fonctionnement en investissement. C’est le seul souci de la majorité de droite : faire des économies sur le fonctionnement de la Région.

Pourquoi ce changement de manuels scolaires ?

Le Gouvernement prépare une réforme des lycées, avec à la clé un renouvellement total des programmes. Tous les manuels doivent donc être remplacés, mais la délibération de la Région intervient alors même que l’on ne sait pas quel sera le contenu cette réforme ni même comment la communauté éducative va se l’approprier. Car in fine, ce sont les professeurs qui décideront des supports pédagogiques sur lesquels ils vont travailler.

Quelles avancées avez-vous obtenus ?

Laurent Wauquiez s’est engagé sur plusieurs points :

  1. La mise en place de marchés sur les territoires pour éviter que les grossistes ne captent le marché des manuels ;
  2. Le passage à 15 euros de l’avantage livres du Pass Région pour générer du flux de passage dans les librairies ;
  3. Le passage de 50 à 70 € pour l’achat des livres scolaires pour les Terminales ;
  4. La mise en œuvre d’une politique de la Région sur la lecture en direction des jeunes
  5. Un comité de suivi sur la mise en œuvre de cette délibération pour s’assurer que les libraires ne pâtiront pas de cette mesure et que la gratuité des manuels sera bien effective pour les lycéens.

Quel a été votre vote ?

Au regard des concessions apportées par le Président, nous avons choisi de voter pour cette délibération. Ce n’est pas un blanc-seing, nous serons vigilants à ce que les librairies indépendantes s’y retrouvent et que les associations de parents d’élèves soient pleinement associées à ce changement important dans la vie scolaire.