Médiapart a publié hier une enquête fondée sur des chiffres indiscutables et des enregistrements sonores qui prouvent que Laurent Wauquiez a mis en place, dès son élection en 2016, un système opaque de distribution de subventions au profit des territoires de droite afin de garantir sa réélection. Cette enquête vient confirmer ce que nous ne cessons de dénoncer depuis plusieurs années maintenant, c’est-à-dire l’utilisation éhontée de l’institution régionale et de son budget au profit de la carrière politique de M. Wauquiez, avec M. Ange Sitbon comme pierre angulaire de son cabinet politique occulte.

Les extraits sonores dévoilés par Médiapart sont accablants. Ils mettent en avant le rôle majeur tenu par M. Sitbon qui anime, contre une rémunération « disproportionnée » selon la Chambre Régionales des Comptes, un système clientéliste extrêmement sophistiqué composé d’un cabinet politique occulte constitué d’une dizaine de personnes, quasiment toutes issues des rangs du parti Les Républicains. Le rôle de cette cellule consiste à flécher les subventions régionales au seul filtre de la carte électorale.

Ce dévoiement de l’institution se traduit dans l’étude du budget régional. Médiapart révèle ainsi que « plus de la moitié des communes les plus soutenues par la région Auvergne-Rhône-Alpes sont situées en Haute-Loire », son territoire d’élection. Pour notre part, nous avons également démontré que l’agglomération du Puy-en-Velay a obtenu près de 120 millions d’euros de subventions et d’investissement public de la Région depuis 2016, soit 3 à 4 fois plus que des territoires de même strate.

Les subventions de la Région ne sont pas des libéralités qui peuvent être attribuées sans motif ; elles ne sont pas la cagnotte personnelle de son Président : elles doivent légalement répondre à un motif d’intérêt général. Médiapart confirme que les communes dont le maire est étiqueté à droite ont touché, en moyenne, deux fois plus que celles dont le maire est étiqueté de gauche. 13 euros par habitant dans une commune de gauche contre 24 euros dans une commune de droite ! Quel motif d’intérêt général justifie une telle différence de traitement ?

Par ailleurs, la part des subventions par habitant dans des départements dont les caractéristiques sont semblables (départements ruraux, sans grandes agglomérations…) est significative des écarts scandaleux opérés par la Région. Quand un habitant de Haute-Loire perçoit en moyenne 125 euros, un habitant de l’Allier ne perçoit que 12 euros. L’Ardèche, département rural, est deux fois moins aidé que la Haute-Loire : pour quelle raison ?

La réponse tient en une phrase : pour assurer – pense-t il – sa réélection. Le favoritisme à des fins électorales n’est pas juste scandaleux en République. Il est illégal. Face à ces éléments, il importe maintenant, comme nous l’avons demandé en décembre dernier, que le Parquet National Financier étende ses investigations à l’ensemble du système opaque mis en œuvre par Laurent Wauquiez pour le seul bénéfice de sa famille politique et, in fine, de lui-même.

 Nous saisissons donc officiellement le PNF d’éléments nouveaux et de preuves permettant de corroborer des faits susceptibles d’être qualifiés de détournements de fonds publics. Nous saisissons également la Chambre Régionale des Comptes de ces mêmes faits.

Jean-François DEBAT
Président du groupe Socialiste & Démocrate