L’urgence climatique et la transition écologique n’ont jamais été les priorités de Laurent Wauquiez. Pour preuve, en 5 ans, le budget environnement est resté scandaleusement stable alors que l’urgence nous commande d’agir avec beaucoup plus de volontarisme sur ce sujet.

Mais voilà, après les élections municipales, un volumineux rapport censé réconcilier économie et environnement, était soumis en assemblée plénière.

Une délibération fourre-tout, présentée dans la précipitation et dans un contexte d’élections municipales favorable à la cause environnementale qui démontre que, pour Laurent Wauquiez, l’environnement n’est qu’un faire valoir bassement opportuniste.
Beaucoup de promesses sont faites, mais elles ne parviennent ni à convaincre, ni à répondre aux problématiques environnementales. Proposer quelques vagues mesures sans les développer et sans les accompagner d’un budget fort relève de la mystification.

Face au point de non-retour climatique vers lequel nous nous dirigeons, ce ne sont pas quelques millions d’euros, qui représentent 2% du budget régional, qui nous permettront d’inverser la vapeur. C’est l’ensemble du budget régional (au total de 3,5 milliards d’euros) qu’il faut mobiliser et engager. C’est à ce prix seulement que nous réussirons.

Intervention de Marie-Hélène RIAMON