Après avoir sacrifié les Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF), le Président de Région s’attaque au Planning Familial en jouant avec le budget de cette structure, dont le soutien régional est primodrial.

Partenaire privilégié de la Région pour la mise en œuvre du Pass Contraception qui permet aux lycéens d’Auvergne-Rhône-Alpes d’accéder de façon autonome, anonyme et gratuite à la contraception, le Planning Familial travaille aussi à la sensibilisation et à la formation de tous les professionnels en contact avec les jeunes sur la question de la sexualité et de la prévention des infections sexuellement transmissibles.

Malgré un soutien de façade, nous constatons une diminution de plus de 15% du soutien régional au Planning Familial en 2018. Financé jusqu’à présent à hauteur de 155.000 euros, la Région propose une subvention de 2018 à hauteur de 125.000 euros. Concrètement, si ce choix est maintenu, ce sera moins de visites sur les territoires ruraux à la rencontre des habitants, moins de séances d’éducation à la sexualité dans les établissements, moins d’actions de formation des professionnels.

Johann Cesa a proposé un amendement au budget régional afin de sanctuariser l’action du Planning Familial. La majorité régionale l’a refusé. Le message est clair !