A l’appui d’un rapport d’audit qui n’a pas été communiqué aux conseillers régionaux, ni aux membres de la commission Lycée, l’exécutif régional dresse un état alarmant des lycées en Auvergne-Rhône-Alpes en faisant porter la responsabilité de cette situation aux précédents exécutifs. Il convient de répondre point par point tant ces informations sont mensongères et fausses.

Oui, certains établissements doivent être rénovés, c’est la raison pour laquelle les deux anciennes Régions Auvergne et Rhône-Alpes avaient mis en place un Plan Pluriannuel d’Investissement. Chaque année, Auvergne dépensait plus de 65 millions d’euros pour ses lycées, quand Rhône-Alpes investissait plus de 132 millions d’euros. Au total, entre 2005 et 2015, Rhône-Alpes a dépensé plus d’1,5 milliard d’euros dans ce domaine. 80% des lycées ont été remis en état !

Mais sur le seul périmètre de Rhône-Alpes, 41 opérations de restructurations étaient encore en cours dans le cadre du programme pluriannuel d’investissement (PPI) décidé par la précédente majorité de Jean-Jack Queyranne (voir le tableau ci-dessous joint au communiqué).

Pourtant, lorsque M. Wauquiez arrive aux responsabilités, il décide, ni plus ni moins, de geler ce PPI. Dès lors, les chefs d’établissement se voient répondre que les restructurations prévues attendront. Nous joignons d’ailleurs l’exemple d’un courrier, daté de décembre 2016, d’un proviseur de lycée qui se plaint précisément de ce gel des investissements décidé de façon arbitraire auprès de la vice-présidente en charge des lycées (voir ci-dessous). Si la protestation des acteurs éducatifs n’était pas encore suffisante pour convaincre de l’attentisme de l’actuelle majorité, il suffit d’observer de près les dossiers examinés au sein de la commission d’appel d’offre censée lancer les opérations de restructuration. Alors que sous la précédente majorité de Jean-Jack Queyranne, plus de 15 jurys de maitrise d’œuvre ont été sélectionnés pour l’année 2015, sous Laurent Wauquiez, il y en a eu qu’un seul en 2016 et seulement un sur le premier semestre 2017.

Marie-Hélène Riamon, conseillère régionale du groupe SDEA qui siège à la Commission d’Appel d’Offres, s’en alarme : « Les jurys de maitrise d’œuvre sont réellement la preuve des lancements de projets de restructuration dans les lycées. Depuis le début de mandat de M. Wauquiez, tout est gelé. La commission d’appel d’offres ne se réunit quasiment jamais pour sélectionner ces jurys. Il était inutile de faire appel à un cabinet d’audit extérieur pour connaître l’état des restructurations nécessaires. Nous les connaissions. Elles étaient inscrites dans les PPI précédentes mais l’actuelle majorité n’a pas souhaité engager ces restructurations et fait donc des économies sur le dos des lycéens ».

Pour preuve, le lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand a vu son projet de restructuration stoppé depuis l’arrivée de Laurent Wauquiez. Toujours à Clermont-Ferrand, un projet de construction, le lycée Saint Jean, aurait dû voir le jour, mais l’actuelle majorité n’a pas jugé bon de poursuivre ce dossier.

Pour sa part, la vice-présidente en charge des lycées évoque dans la presse la situation très dégradée des lycées Juliette Récamier et Lumière à Lyon. Leurs restructurations étaient pourtant prévues dans le précédent PPI. L’exécutif a lui-même annulé ces restructurations et vient s’émouvoir dans la presse de la situation de ces établissements. C’est inadmissible !

Personne ne nie les besoins de certains lycées dans la région. Ces besoins sont connus et les restructurations programmées. La réalité est que Monsieur Wauquiez et son équipe ont décidé de figer les dossiers en cours et d’attendre. Il vient donc de perdre 18 mois où rien n’a été fait. C’est du temps de perdu pour les lycéens et les professionnels du monde éducatif.

Il est grand temps que M. Wauquiez se réveille et se rappelle que voilà 18 mois qu’il aurait dû prendre ses responsabilités dans la gestion des lycées. A la place, M. Wauquiez tente de rejouer sans cesse la campagne électorale des régionales.

Jean-François DEBAT
Président du groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés